Comment calculer votre chômage : tout ce qu’il faut savoir !

calculer chômageL’allocation chômage, ou ARE, est une aide précieuse si vous êtes en recherche d’emploi. Voici comment calculer vos droits.


Ce qu’on désigne communément par « chômage », ou encore « allocations chômage » c’est l’Aide au Retour à l’Emploi (ARE), l’aide principale pour les demandeurs d’emploi. Le chômage en France vous est versée par Pôle Emploi, quand vous remplissez les conditions pour en bénéficier.

Il n’est pas évident de savoir le montant d’allocations chômage auquel vous pouvez prétendre. Heureusement, cet article vous explique tout ! 

Êtes-vous concerné par les allocations chômage ?

Avant de calculer votre montant d’ARE, il est primordial de savoir vous y êtes éligible. Voici un petit tour d’horizon des conditions à remplir pour avoir droit au chômage.

 

 

Vous devez être involontairement privé d’emploi

calculer chomage Sur le principe, vous ne devez pas choisir de quitter votre emploi.

Pour bénéficier de l’ARE, vous devez être involontairement privé d’emploi. Cette situation est considérée si :

  • Vous êtes licencié pour motif personnel (faute grave), motif économique (l’entreprise ne peut se permettre financièrement de vous garder) ou d’une révocation (licenciement pour faute grave dans la fonction publique)
  • Vous engagez une rupture conventionnelle : une rupture de contrat (CDI) de commun accord entre un salarié et un employeur
  • Votre CDD n’est pas renouvelé
  • Votre démission est considérée comme légitime : vous déménagez pour suivre votre conjoint, vous commencez une nouvelle activité, vous partez en formation, vous n’êtes plus payé, vous subissez des actes délictueux, vous créez ou reprenez une entreprise.

Si vous êtes en arrêt partiel d’activité, des conditions supplémentaires s’appliquent.

C’est l’Allocation de Solidarité Spécifique (ASS) qui prend la suite si vos droits au chômage sont épuisés.

Conditions liées à votre situation personnelle

Pour bénéficier de l’ARE, vous devez également remplir les critères suivants :

  • Vous n’avez pas atteint l’âge légal de départ à la retraite (62 ans), et vous ne remplissez pas les conditions de trimestres pour bénéficier d’une retraite à taux plein.
  • Vous êtes physiquement apte à exercer une activité professionnelle
  •  Vous résidez en France.

 

 

Quelles sont les conditions à remplir pour percevoir les indemnités chômage ?

Si vous êtes concerné par l’Aide au Retour à l’Emploi, vous devez également remplir de nombreuses conditions pour pouvoir en bénéficier. 

 

 

Vous devez être inscrit au Pôle Emploi 

Pour percevoir l’ARE, vous devez remplir les deux conditions suivantes :

  • Vous êtes inscrit comme demandeur d’emploi ou vous suivez une formation inscrite dans votre Projet Personnalisé d’Accès à l’Emploi (PPAE). Vous devez vous inscrire au Pôle Emploi dans les 12 mois suivant la fin de votre contrat de travail. Cette période peut être prolongée en raison de certaines situations (par exemple, si vous êtes en congé de maladie).
  • Vous accomplissez des actes positifs et répétés (par exemple, vous consultez de manière quotidienne des offres d’emploi) en vue de retrouver un emploi ou de créer ou de reprendre une entreprise.

 

 

Vous devez avoir travaillé pendant une période minimale

Pour bénéficier de l’ARE, vous devez avoir travaillé une période minimale, appelée durée d’affiliation, qui est de 88 jours (ou 610 heures) de travail. Celle-ci doit être remplie sur les 28 derniers mois précédant votre demande si vous êtes âgé de moins de 53 ans.

Si vous êtes âgé de plus 53 ans, la période prise en compte est de 36 mois pour la même durée d’affiliation.

Votre dernier emploi doit satisfaire cette durée d’affiliation. Si ce n’est pas le cas, Pôle emploi peut prendre en compte un précédent contrat de travail et vérifier si la condition d’affiliation est remplie. Ce contrat de travail antérieur doit avoir pris fin dans les 12 mois précédant votre inscription comme demandeur d’emploi, et vous ne devez pas avoir perçu d’allocations en relation avec ce contrat. 

Les périodes de formation peuvent être considérées comme des heures de travail, et donc être comptabilisées dans votre durée d’affiliation. Cependant, elles ne peuvent pas représenter plus des 2/3 du nombre de jours ou d’heures pris en compte.

Exemple : si vous présentez une période de 88 jours, soit 610 heures, vous ne pouvez faire valoir plus de 406 heures de formation.

Attention : les formations rémunérées par Pôle Emploi ne peuvent être comptabilisées comme période d’affiliation.

Les périodes de suspension du contrat de travail (par exemple, maladie professionnelle, accident du travail, congé de maternité ou de paternité) sont prises en compte à raison d’une journée d’affiliation par jour de suspension. Les périodes de suspension du contrat de travail au cours desquelles vous avez exercé une activité professionnelle non salariée ne sont pas prises en compte sauf pour :

  • Un congé pour création d’entreprise,
  • Un congé sabbatique,
  • Une mobilité volontaire sécurisée.

 

 

 

Comment calculer votre chômage ?

Votre salaire journalier de référence

Il convient tout d’abord de calculer votre Salaire Journalier de Référence (SJR). Ce dernier est primordial pour le calcul de votre montant d’ARE. Il est établi ainsi :

SJR = salaire de référence / (nombre de jours travaillés x 1,4)

Le salaire annuel de référence est l’ensemble de vos revenus professionnels (bruts) sur une période sélectionnée (ici, 12 mois). Le nombre maximal de jours retenus pour 12 mois est de 261.

Exemple : si vous avez travaillé du 1er janvier 2018 au 31 décembre 2018, à savoir 261 jours, et que vous avez perçu une rémunération de 30 000 € brute, votre salaire journalier de référence est de 82,10 € calculé ainsi :

SJW = 30 000 / (261 X 1,4) = 82,10 €.

 

        

Le montant brut de votre allocation chômage

Le calcul du montant brut journalier de l’ARE comprend :

  • Une partie fixe égale à 11,92 €,
  • Une partie variable, égale à 40,4% du salaire journalier de référence (SJR).

Cette somme ne peut pas être inférieure à 57% et supérieure à 75% du salaire journalier de référence. 

Exemple : si votre Salaire Journalier de Référence (SJR) est de 82,10 €, votre montant journalier de l’ARE est de 46,80 €, calculé ainsi : ARE = 11,92 € + 40,4% x 82,10 € = 45,09 €, or 57% x 82,10 € = 46,80 €.

 

 

Montant minimal de l’ARE

Le montant net d’ARE que vous percevez ne peut pas être inférieur à 29,06 € par jour. Toutefois, le montant minimal net de l’allocation d’Aide au Retour à l’Emploi Formation (AREF), qui vous est accordée si vous suivez une formation prescrite par Pôle emploi, est de 20,81 €.

Attention : Lorsque votre durée de travail était inférieure à la durée légale ou conventionnelle, l’allocation minimale est proportionnellement réduite.

 

 

Cotisations

Un prélèvement égal à 3 % du SJR, destiné au financement des retraites complémentaires des bénéficiaires de l’assurance chômage, est effectué sur le montant brut de votre allocation journalière. Ce prélèvement ne peut réduire le montant de votre allocation journalière en dessous du montant net minimal d’ARE, à savoir 29,06 €.

L’ARE est également soumise à contribution sociale généralisée (CSG) et à contribution au remboursement de la dette sociale (CRDS). Toutefois, lorsque votre montant brut d’ARE est inférieur au montant du SMIC journalier, soit 51 €, ou si le prélèvement de la CSG et de la CRDS conduit à diminuer votre montant net d’ARE en dessous du SMIC journalier, vous bénéficiez d’une exonération ou d’un écrêtement.

 

 

 

Durée de versement de l’allocation chômage

La durée de versement de votre allocation chômage dépend de votre durée d’affiliation évaluée sur les 28 derniers mois (36 derniers mois) précédant votre demande.

 

Si vous êtes âgé de moins de 53 ans :

Durée d’emploi (sur les 28 mois précédent la fin de votre contrat) Durée d’indemnisation maximale
Moins de 4 mois Pas d’indemnisation
Entre 4 mois et 2 ans Durée d’indemnisation = durée d’emploi
Plus de 2 ans 2 ans (730 jours)


Si vous êtes âgé de 53 ans ou plus :

Durée d’emploi (sur les 28 mois précédent la fin de votre contrat) Durée d’indemnisation maximale
Moins de 4 mois Pas d’indemnisation
Entre 4 mois et 3 ans Durée d’indemnisation = durée d’emploi
Plus de 3 ans 913 jours / 1 095 jours (si plus de 55 ans)

Si vous êtes salarié du secteur privé en activité partielle (chômage partiel), vous pouvez bénéficier de l’indemnité d’activité partielle pendant 182 jours au maximum. Toutefois, si la suspension de l’activité de l’entreprise est due à un sinistre ou une catastrophe naturelle, cette durée peut être prolongée jusqu’à à sa reprise d’activité.

 

 

 

Droits rechargeables

Si, après avoir repris une activité, vous perdez à nouveau votre emploi, vous pouvez bénéficier de la reprise de vos droits initiaux jusqu’à leur épuisement. Cette possibilité n’est valable que si vous avez repris une activité professionnelle alors que vous n’aviez pas épuisé vos droits.

Exemple : vous bénéficiez de l’ARE pour 400 jours sur une base de 20 € par jour. Après 200 jours, vous reprenez un emploi de 100 jours. Vous continuerez alors à être indemnisé sur une base de 25 € (même montant) par jour pendant 100 jours (reliquat).

Vous ne bénéficierez pas de droits rechargeables si vous êtes un ancien bénéficiaire d’un contrat d’apprentissage indemnisé par Pôle emploi au titre de ce contrat. 

Si au jour de l’épuisement de vos droits, vous avez travaillé au moins 150 heures (continues ou discontinues), vous bénéficierez de nouveaux droits assortis d’une nouvelle durée d’indemnisation.

Vous pouvez bénéficier d’un droit d’option entre vos anciens et nouveaux droits. Ce dernier vous permet de choisir l’allocation qui résulte de votre dernière période d’activité, sans avoir à attendre l’épuisement de vos allocations non utilisées qui résultent de votre précédent droit au chômage.

Pour bénéficier de ce droit d’option, vous devez remplir les deux conditions suivantes :

  • Vous avez retravaillé au moins 4 mois,
  • Votre allocation journalière ne dépasse pas 20 €, ou vous bénéficiez d’une nouvelle allocation journalière, en raison de vos dernières périodes d’emploi, qui est supérieure d’au moins 30% à celle du reliquat.

Vous disposez de 21 jours de réflexion pour informer par écrit Pôle emploi. Une fois que vous avez fait votre choix, vous ne pourrez plus revenir sur votre décision.

Si vous exercez votre droit d’option, vous percevez votre allocation issue de vos dernières périodes d’emploi à partir du jour de votre demande.

 

 

 

Comment demander l’allocation chômage ?

calculer chomage Mes Allocs le fait à votre place !

Enfin, pour demander l’Aide de Retour à l’Emploi (ARE), vous devez être inscrit à Pôle Emploi en tant que demandeur d’emploi. La procédure est mise en place de manière automatique, une fois votre inscription. Toutefois, il peut vous être demandé de fournir de nouvelles pièces justificatives. Vous pouvez alors faire appel à Mes Allocs pour toutes ces démarches !

La Rédaction
Chaque jour, Mes Allocs, le 1er expert en aides financières 100% en ligne publie des guides pour vous orienter sur les aides financières.

Consultez nos autres guides récents
Comprendre le surendettement en quelques minutes
Commission de surendettement : Comment cela fonctionne ?
Tout savoir sur la Complémentaire santé solidaire!
Dossier de surendettement : démarches et conditions
Comment faire la demande de bourse lycée ?
Demande de bourse collège : conditions et démarches
Comment renouveler la carte famille nombreuse ?
Quel comparateur mutuelle santé choisir en 2020 ?
Comment obtenir les coupons sport ?

Explorez d’autres thématiques
Tout savoir sur l'ACCRE !
Comment trouver le contact votre CAF ?
Tout savoir sur les aides au logement !
Les prêts de la CAF : quels sont-ils ?
Tout savoir sur les aides à la mobilité !
Tout savoir sur le chômage en France !
Tout savoir sur les bourses étudiantes !
Tout savoir sur les aides liées à la santé !
Tout savoir sur l’Allocation aux Adultes Handicapés (AAH) !
Testez votre éligibilité aux aides financières Simulation gratuite