Allocation adulte handicapé 2020 : quelles nouveautés cette année ?

L’AAH est une aide complexe, qui évolue chaque année. Voici notre guide de l’AAH en 2020. 


L’Allocation Adulte Handicapé (AAH) est une aide financière qui permet d’assurer un minimum de ressources aux personnes qui en ont besoin. Cette aide est soumise à condition de revenus et d’incapacité, d’âge et de logement. Elle vous est versée par votre Caisse d’Allocations Familiales (CAF) ou la Mutualité Sociale Agricole (MSA).

Au premier novembre 2019, l’AAH passera à 900 € par mois au lieu de 860 €. On vous explique tout ce que vous devez savoir sur cette aide.

Conditions pour bénéficier de l’AAH en 2020

Taux d’incapacité

Vous devez être correspondre à un certain taux d’incapacité, évalué par la Commission des Droits et de l’Autonomie des Personnes Handicapées (CDAPH):

  • de 80% au moins
  • Ou compris entre 50 et 79% assorti à une restriction substantielle et durable d’accès à un emploi reconnue par la CDAPH.

On parle de restriction substantielle lorsque vous rencontrez des difficultés importantes d’accès à l’emploi qui ne peuvent être compensées notamment par des mesures d’aménagement de poste de travail. Votre restriction est durable dès lors qu’elle est d’une durée prévisible d’au moins 1 an à partir du dépôt de votre demande d’AAH.

Le taux d’incapacité est déterminé par la CDAPH en fonction d’un guide-barème pour l’évaluation des déficiences et incapacités des personnes handicapées.

Âge minimum pour l’AAH

Pour être éligible à l’AAH, vous devez être âgé d’au moins 20 ans (ou 16 ans si vous n’êtes plus considéré à la charge de vos parents au sens des prestations familiales). Vous pouvez bénéficier de l’Allocation d’Éducation de l’Enfant Handicapé (AEEH) pour votre enfant !  

Conditions de résidence

Que vous soyez français ou ressortissant d’un autre pays de l’Union Européenne, vous devez résider en France de manière permanente.

Si vous êtes ressortissant d’un autre pays, vous pouvez également percevoir l’AAH si vous résidez en France de manière permanente et que vous êtes en situation régulière. Vous devez ainsi être titulaire d’un titre de séjour ou d’un récépissé de demande d’un nouveau titre de séjour. 

Ressources prises en compte pour le calcul d’AAH

Vos ressources, ajoutées à celles de votre éventuel conjoint, ne doivent pas dépasser certains plafonds qui varient selon le nombre d’enfant à votre charge.

Revenu annuel maximum :

Nombre d’enfants à charge Vous vivez seul Vous vivez en couple
0 10 320 € 19 505 €
1 15 480 € 24 665 €
2 20 640 € 29 825 €
3 25 800 € 34 985 €
4 30 960 € 40 145 €

Les ressources prises en compte sont votre revenu net catégoriel, qui se calcule ainsi :

Revenus (salaires, revenus fonciers et fiscaux imposables, etc.) – charges (pensions alimentaires, frais d’accueil des personnes âgées, etc.) – abattements fiscaux (personne âgée de plus de 65 ans, personne invalide, etc.). 

Attention : c’est votre revenu catégoriel de l’avant-dernière année précédant votre demande qui est pris en compte.

Exemple : pour une demande d’AAH en 2019, c’est votre revenu net catégoriel de l’année 2017 qui est évalué.

Montant de l’AAH en 2020

Quel montant d’AAH en 2020 ?

Depuis le 1er avril 2020 l’AAH passe à 902,70 euros (auparavant 900 euros).

Si vous n’avez aucunes ressources

Si vous n’avez aucunes ressources, vous pouvez bénéficier du montant maximal de l’AAH est de 902,70 euros, si votre taux d’incapacité est supérieur à 50% (il n’y a aucune différence entre un taux d’incapacité compris de 50% à 79% et un taux supérieur à 80%).

Vous êtes éligible à ce montant d’AAH si vous vivez seul et que vous ne percevez aucune ressource, ou si vous vivez en couple et que votre foyer perçoit des ressources inférieures à 1 625,64 € nets par mois (19 505 € par an).

Si vous touchez une rente (invalidité, accident du travail)        

Si vous percevez une rente (invalidité, accident du travail, retraite), le montant d’AAH vient compléter cette rente pour atteindre la somme de 902,70 euros par mois.

Si vous percevez un salaire

Si vous êtes rémunéré pour une activité professionnelle, votre montant d’AAH sera déduit de votre salaire.  

Si vous travaillez en Ésat (structure qui permet aux personnes en situation de handicap d’exercer une activité professionnelle tout en bénéficiant d’un soutien médico-social et éducatif), vos ressources sont évaluées à partir des données de l’avant-dernière année qui sont transmises par le service des impôts. Toutefois, le calcul de vos droits peut être trimestriel si vous débutez en Ésat après avoir eu une activité professionnelle en milieu ordinaire. 

AAH et retraite

Si vous êtes à la retraite, vous pouvez désormais continuer à percevoir l’Allocation aux Adultes Handicapés, sous certaines conditions.

Si votre taux d’incapacité est supérieur ou égal à 80%     

Si vous percevez une pension de retraite, votre taux d’incapacité, évalué par la CDAPH, doit être d’au minimum 80% pour conserver l’AAH. Le montant d’aide d’AAH que vous percevez est alors versée en complément de votre retraite. Vous devez donc bénéficier d’une retraite inférieure au montant de l’AAH, à savoir 860 € par mois (900 € à partir de novembre 2019). 

Si vous avez atteint l’âge légal de départ en retraite (à savoir 62 ans) après le 1er janvier 2017, vous n’êtes plus obligé de demander l’Allocation de Solidarité aux Personnes Âgées (ASPA) pour conserver l’AAH.

Si votre taux d’incapacité est entre 50% et 79%

Si votre taux d’incapacité est entre 50% et 79%, vous ne pouvez plus bénéficier de l’AAH à compter de votre départ à la retraite. Vous devenez alors bénéficiaire de l’Allocation de Solidarité aux Personnes Âgées (ASPA). 

AAH et RSA 

Vous pouvez cumuler le revenu de solidarité active (RSA) et l’Allocation aux Adultes Handicapés (AAH) si vous remplissez les conditions requises. Toutefois, le RSA est une allocation subsidiaire aux autres prestations. En d’autres termes, si vous bénéficiez de l’AAH, vous ne pouvez pas percevoir le RSA dans son intégralité. Le montant du RSA sera réduit du montant de l’AAH que vous percevrez.

Exemple : si vous percevez 200 € d’AAH, vous pouvez également recevoir 351,51 € de RSA (au lieu de 551,51 €), calculé ainsi : 551,51 € – 200 € = 351,51 €.

AAH 2020 et prime de Noël 

Pas de prime de Noël pour ceux qui perçoivent l’AAH !

Si vous êtes bénéficiaire de l’AAH, vous ne pouvez pas bénéficier de la prime de Noël.

Cette décision du gouvernement, bien que surprenante car la prime de Noël est destinée depuis presque de 20 ans aux personnes bénéficiaires de minimas sociaux dont l’AAH fait partie, s’explique car l’AAH est revalorisé chaque année depuis plus de 20 ans. En effet, en 2002, l’AAH s’élevait à 569,38 €. En novembre 2020, l’AAH passera à 900 € soit une augmentation de plus de 50%.

 

 

Avec quelles autres aides peut-on cumuler l’AAH ?

Vous pouvez cumuler l’Allocation aux Adultes Handicapés avec :

  • Le complément de ressources (qui s’ajoute à l’AAH si votre taux d’incapacité est au moins de 80% et qu’ainsi votre capacité de travail, évaluée par la CDAPH, est inférieure à 5%)
  • Ou la majoration pour la vie autonome (qui s’ajoute à l’AAH si votre taux d’incapacité est au moins de 80%, que vous vivez seul, percevez une aide au logement et que vous ne percevez aucun revenu d’activité)

Vous ne pouvez pas cumuler ces deux aides qui bonifient l’AAH. Si vous remplissez les conditions requises pour l’octroi de ces 2 aides, vous devez choisir de bénéficier de l’une ou l’autre.

Attention : vous ne pouvez plus cumuler l’AAH et l’allocation de solidarité spécifique (ASS). Toutefois, si vous perceviez ces 2 aides au 31 décembre 2016, vous pouvez continuer à les percevoir tant que vous remplissez leurs conditions d’éligibilité, pendant une durée maximum de 10 ans.

Vous pouvez également bénéficier de la Prestation de Compensation du Handicap (PCH) et de la Reconnaissance de Qualité de Travailleur Handicapé (RQTH).

Demander votre AAH

Pour demander l’Allocation aux Adultes Handicapés, vous devez constituer un dossier en remplissant un formulaire spécifique à votre Maison Départementale des Personnes Handicapées (MDPH), et y joindre les pièces justificatives nécessaires. Vous devez ensuite envoyer ce dossier à votre MDPH, et nous vous recommandons de l’envoyer par lettre recommandée avec avis de réception, pour éviter toute perte ou mauvaise démarche.

La MDPH répond sous un délai de 4 mois suivant votre demande. Si vous ne recevez aucune réponse sur cette période, vous pouvez considérer votre demande comme étant refusée. Heureusement, Mes Allocs est là pour vous. Nous nous occupons de toutes les démarches à votre place. 

La Rédaction
Chaque jour, Mes Allocs, le 1er expert en aides financières 100% en ligne publie des guides pour vous orienter sur les aides financières.

Consultez nos autres guides récents
La prime de Noel pour les apprentis
Comment bénéficier de l' AIF (Aide Individuelle à la Formation) ?
Quel est le contact de l'assistance bourse du Crous ?
Arrêt bourse et logement Crous : comment faire ?
Peut-on cumuler aide au logement et bourse crous ?
Comment accéder à un logement crous sans bourse ?
Comment faire une estimation de prime d' activité ?
Comment faire une déclaration prime d' activité MSA
Quel est le calendrier de paiement pour la prime d'activité msa ?

Explorez d’autres thématiques
Tout savoir sur les aides à la formation
Tout savoir sur le crédit immobilier
Tout savoir sur la Caisse d'allocations familiales
La liste complète d'aides sociales en 2020
Tout savoir sur le crédit à la consommation !
Tout savoir sur le rachat de crédit !
Tout savoir sur l'ACCRE !
Comment trouver le contact votre CAF ?
Tout savoir sur les aides au logement !
Testez votre éligibilité aux aides financières Simulation gratuite
3 200€ reçus en moyenne par an