APPEL GRATUIT
phone01 84 80 37 31
Simulez toutes vos aides en 2 min.

Droits de succession : comment sont-ils calculés ?

Article rédigé par Sessime Ananou le 11 juin 2024 - 8 minutes de lecture

Comprendre le calcul des droits de succession est essentiel pour anticiper les implications financières d’une transmission patrimoniale, notamment pour ceux qui se préparent à la retraite. Ce processus peut sembler complexe, mais une compréhension claire des éléments pris en compte, des taux applicables et des éventuelles exonérations peut faciliter la planification successorale, offrant ainsi une tranquillité d’esprit accrue pour les années à venir.

Simulez votre retraite en 2 min.
Simulation gratuite

Calcul et paiement des droits de succession

Méthodes de calcul des droits de succession

Les droits de succession sont calculés en fonction de la valeur des biens transmis lors d’une succession. Cette valeur est déterminée après déduction des dettes et des charges de la succession. Le taux des droits de succession varie en fonction du lien de parenté entre le défunt et le bénéficiaire, ainsi que du montant de l’héritage. Des abattements et des exonérations peuvent également s’appliquer en fonction de la situation du bénéficiaire.

Modalités de paiement et délais à respecter

Les droits de succession doivent normalement être payés dans un délai de 6 mois à compter du décès du défunt. Le paiement peut être effectué en une seule fois ou de manière échelonnée, selon les circonstances et les possibilités financières du bénéficiaire. En cas de difficultés financières ou de contestation de l’évaluation des biens, il est possible de demander un report de paiement ou une prolongation du délai de paiement auprès de l’administration fiscale. Il est important de respecter les délais et les modalités de paiement pour éviter des pénalités ou des intérêts de retard.

La renonciation à une succession est encadrée par le Code Civil français, notamment par les articles 768 à 780.

Le cadre légal du droit de succession

Bases juridiques et législation régissant le droit de succession

Le droit de succession est principalement régi par le Code Civil français, notamment dans les articles 724 à 757. Ces dispositions légales établissent les règles et les procédures à suivre en matière de succession, y compris les droits et les obligations des héritiers, les modalités de transmission des biens, et les différentes formes de successions.

Différents types de succession : légale, testamentaire, ab intestat

Il existe plusieurs types de successions en France, chacune étant régie par des règles spécifiques :

  • Succession légale : lorsqu’une personne décède sans laisser de testament, sa succession est répartie selon les règles légales de dévolution successorale, qui déterminent les héritiers prioritaires en fonction du lien de parenté avec le défunt.
  • Succession testamentaire : une succession testamentaire survient lorsque le défunt a laissé un testament pour désigner ses héritiers et préciser la répartition de ses biens. Le contenu du testament doit être conforme aux dispositions légales pour être valable.
  • Succession ab intestat : une succession ab intestat se produit lorsque le défunt n’a pas rédigé de testament valable. Dans ce cas, la succession est régie par les règles légales de dévolution successorale, qui déterminent les héritiers et la répartition des biens selon le lien de parenté avec le défunt.
Simulez votre retraite en 2 min.
Simulation gratuite

Principes de la transmission patrimoniale

Héritiers réservataires et droits de succession

Héritiers réservataires

En droit français, certains héritiers ont un droit à une part minimale de la succession, appelée “réserve héréditaire”. Les héritiers réservataires sont généralement les descendants directs (enfants, petits-enfants). En l’absence de descendants, le conjoint survivant peut devenir héritier réservataire.

La réserve héréditaire est fixée par la loi et dépend du nombre d’enfants :

  • Un enfant : la réserve est de la moitié de la succession.
  • Deux enfants : la réserve est des deux tiers de la succession.
  • Trois enfants et plus : la réserve est des trois quarts de la succession.

Le reste de la succession, appelé “quotité disponible”, peut être librement disposé par testament ou donation.

Droits de succession

Les droits de succession sont les impôts prélevés par l’État sur les biens transmis. Le montant dépend de la valeur du patrimoine, du lien de parenté entre le défunt et l’héritier, et de l’existence de réductions ou exonérations éventuelles.

Les taux d’imposition varient en fonction de ces critères :

  • Les héritiers directs (enfants, conjoint survivant) bénéficient de réductions importantes.
  • Les taux sont progressifs, augmentant avec la valeur de l’héritage.

Liberté de tester et établissement de dispositions testamentaires

Liberté de tester

En France, la liberté de tester est encadrée par les règles de la réserve héréditaire. Le testateur ne peut disposer librement que de la quotité disponible. Cela signifie que même s’il rédige un testament, il ne peut priver les héritiers réservataires de leur part légale de l’héritage.

Établissement de dispositions testamentaires

Le testament est l’acte par lequel une personne dispose de ses biens pour le temps où elle ne sera plus en vie. Plusieurs formes de testament sont reconnues en France :

  • Le testament olographe : écrit, daté et signé de la main du testateur. Il est simple et ne nécessite pas de notaire, mais peut être contesté pour des questions de validité formelle.
  • Le testament authentique : dicté à un notaire en présence de deux témoins. Il offre une sécurité juridique élevée.
  • Le testament mystique : écrit par le testateur ou un tiers, signé par le testateur, et remis clos et scellé à un notaire en présence de témoins.

Il est possible de léguer des biens spécifiques (legs particulier), une fraction de la succession (legs universel ou à titre universel), ou même de créer des dispositions conditionnelles.

En résumé, la transmission patrimoniale en France est un équilibre entre la protection des héritiers réservataires et la liberté du testateur, encadrée par des règles strictes de droit civil et fiscal.

Contestation et contentieux successoral : le contentieux successoral survient lorsque des conflits apparaissent parmi les héritiers ou bénéficiaires lors de la répartition de l’héritage. Ces contestations peuvent porter sur la validité du testament, la répartition des biens, ou encore l’estimation des parts réservataires.

Les causes de contestation des droits de succession

Les causes de contestation des droits de succession peuvent être variées et inclure :

Validité du testament :

Forme et signature : un testament peut être contesté s’il ne respecte pas les formes légales (par exemple, un testament olographe non daté ou non signé).
Capacité du testateur : si le testateur était sous influence, en état de faiblesse, ou juridiquement incapable au moment de la rédaction du testament, sa validité peut être remise en question.
Erreur, dol, violence : un testament rédigé sous la contrainte, par erreur ou par tromperie, peut être annulé.

Respect de la réserve héréditaire :

Si le testament ou les donations de son vivant portent atteinte à la réserve héréditaire des héritiers réservataires, ces derniers peuvent demander une réduction des legs ou des donations afin de récupérer leur part légale.

Inégalités dans la répartition :

Des désaccords peuvent surgir concernant l’évaluation des biens ou la manière dont ils sont répartis. Par exemple, la sous-évaluation ou la surévaluation de certains biens peut entraîner des contestations.
Non-respect des Clauses Testamentaires :

Si les exécuteurs testamentaires ou les autres héritiers ne respectent pas les dispositions spécifiques du testament, cela peut donner lieu à des litiges.

Dettes et passif successoral :

La question du règlement des dettes du défunt peut également être source de conflit, notamment sur qui doit les payer et comment elles affectent la répartition des actifs.

Procédures de recours en cas de litige

En cas de litige successoral, plusieurs recours et procédures peuvent être envisagés :

Conciliation et médiation :

Avant d’engager des procédures judiciaires, il est souvent recommandé de tenter une conciliation ou une médiation entre les parties. Un médiateur peut aider à trouver un accord amiable.
Procédure Judiciaire :

Saisine du Tribunal Judiciaire : les litiges successoraux sont portés devant le tribunal judiciaire du lieu d’ouverture de la succession. Les héritiers ou les bénéficiaires peuvent demander l’annulation ou la révision des dispositions testament

Simulez votre retraite en 2 min.
Simulation gratuite

Notre équipe rédactionnelle est constamment à la recherche des dernieres actualités, mises à jours et réformes au sujet des aides financières en France.
Voir notre ligne éditoriale ici.

Autres questions fréquentes
Sessime Ananou
Sessime est rédactrice chez Mes Allocs, spécialisée sur le pouvoir d'achat. Elle rejoint l'équipe Mes Allocs en août 2023 afin de simplifier l'accès à l'information sur les aides en général.


Consultez nos autres guides récents
Comment déclarer un prêt étudiant aux impôts ?
Prêt étudiant
Quel prix pour un divorce par consentement mutuel ?
Divorce
Quel est le prix d'un avocat pour un divorce ?
Divorce
Prestation compensatoire dans le cas d'un divorce pour faute
Divorce
Quels documents pour une demande de prêt étudiant ?
Comment faire une demande de pret etudiant
Comment faire une demande de prêt étudiant ?
Prêt étudiant
Assurance de prêt étudiant : garanties, taux, comparatif et résiliation
Prêt étudiant
Prêt pour étudiant étranger : comment l'obtenir ?
Prêt étudiant
Comment demander un acompte sur salaire ?
Aide Juridique

Explorez d’autres thématiques
Pension d'invalidité : conditions, montants, démarches
Pension d'invalidité
Aide juridique : tout ce qu'il faut savoir !
Aide Juridique
Prêt étudiant : conditions, montant, démarches
Prêt étudiant
Tout savoir sur le divorce
Divorce
Qu'est-ce que la retraite ?
Ticket restaurant 2024 : conditions, montants, utilisations
Ticket restaurant
Ameli : aides, démarches, fonctionnement
Ameli
Smic 2024 : montant mensuel et horaire, net et brut
Aide alimentaire 2024 : aides, montants, démarches
Aide alimentaire
Estimez le montant de votre pension de retraiteCalculer ma retraite