APPEL GRATUIT
phone01 84 80 37 31
Simulez toutes vos aides en 2 min.

L’aide aux expatriés selon le pays d’accueil

Article rédigé par Flavien Fritz le 18 mai 2022 - 9 minutes de lecture

Lorsque que vous êtes expatrié français à l’étranger vous pouvez bénéficier de certains dispositifs pour vous aider dans votre quotidien. Que ce soit des aides pour les études ou des aides à la santé, il existe de nombreuses aides expat. Cependant, ces dispositifs ne sont pas les mêmes selon si vous êtes dans un pays de l’Europe ou non. 

MesAllocs est là pour tout vous détailler. 


Qu’est-ce qu’un expatrié ?

Selon la loi, un français qui part à l’étranger pour exercer, à titre principal, une activité professionnelle bénéficie du statut d’expatrié.

Ce statut va être soumis à :

  • un contrat de travail régi par le droit local,
  • un contrat de travail auprès d’une entreprise française du secteur privé,
  • ou encore, une activité indépendante dans le pays d’ expatriation.

Lors de sa période d’exercice à l’étranger, l’expatrié va rompre son lien avec le système social français. Sauf en cas d’adhésion à la Caisse des Français de l’Étranger (CFE).

C’est à ça qu’on le distingue du travailleur détaché, qui lui, conserve une attache fonctionnelle avec son employeur et la Sécurité sociale.

Le détaché n’est donc pas considéré comme un expatrié en droit français. Il peut l’être si le salarié choisit de rester à l’étranger à l’expiration de son détachement.

Pôle Emploi prend en compte les périodes de travail réalisées à l’étranger.

Le statut d’expatrié va vous permettre de bénéficier d’une fiscalité moins lourde que celle des travailleurs français.

Selon le pays, la protection sociale peut être moins avantageuse, car elle peut s’avérer plus cher qu’en France.

Si vous conservez une résidence en France pendant votre période d’expatriation, vous restez imposable à l’impôt français, y compris pendant les mois de résidence à l’étranger.

Les aides aux français expatriés qui vivent dans

 un pays de l’Espace Economique Européen

Les aides aux étudiants

Vous avez le droit de partir vivre dans un autre pays de l’ Union européenne (UE) pour vos études.

Il vous sera possible d’être accompagné par votre famille. Les règles du droit au séjour varient selon leur nationalité, mais aussi votre situation.

Il faut cependant que vous devez remplissiez certaines conditions et formalités lors des 5 premières années de votre séjour.

Après 5 ans de résidence dans le pays, vous pouvez obtenir un droit au séjour permanent. Vous pourez alors vous y installer définitivement si vous le souhaitez.

Les 5 premières années à l’étranger

Il vous est possible de résider dans un autre pays européen en tant qu’étudiant à la condition de remplir les conditions suivantes :

  • disposer de ressources suffisantes pour y vivre sans demander d’aide financière
  • être inscrit dans un établissement agréé
  • détenir une assurance maladie complète dans ce pays

Si votre résidence dure plus d’un an, vous ne serez plus affilié à l’assurance maladie en France.

Vous devrez alors vous renseigner auprès de l’organisme d’assurance maladie de votre pays d’études pour connaître les conditions d’adhésion au régime local de sécurité sociale.

Avant de partir, vous pouvez vous renseigner auprès de :

  • votre mutuelle étudiante,
  • ou, si elle gère votre dossier, à votre caisse d’assurance maladie.

Vous pouvez aussi contacter le Centre des Liaisons Européennes et Internationales de Sécurité Sociale (CLEISS).

S’enregistrer dans le pays étranger

Vous n’avez pas besoin de posséder de permis de séjour.

Cependant, après 3 mois de résidence, le pays d’accueil pourra vous demander de vous faire enregistrer auprès des autorités locales compétentes.

Avant votre départ, vous pouvez vous renseigner auprès du consulat ou des autorités de votre pays d’accueil.

L’attestation d’enregistrement qui vous sera délivré servira à prouver que vous avez le droit de vivre dans le pays.

Elle précise votre nom, votre adresse et la date d’enregistrement.

L’ attestation d’enregistrement a une durée de validité illimitée. Elle n’a donc pas à être renouvelée.

Il faudra seulement signaler vos changements d’adresse aux autorités locales.

Simulez toutes vos Aides en 2 min.
Simulation gratuite

Le permis de conduire au retour en France

Si vous avez obtenu un permis de conduire en échange de votre permis français, votre permis étranger reste valable tant qu’il n’est pas expiré.

Il faut également qu’en tant que titulaire du permis, vous ne commettiez pas d’infraction routière en France.

Si vous avez obtenu votre permis pendant le séjour dans un autre pays, il vous sera possible de conduire en France. Il faut seulement que le permis soit en cours de validité.

L’échange de permis devra être demandé seulement si, en tant que titulaire du permis, vous avez commis certaines infractions routières. Vous devrez également faire cette demande si vous obtenez une nouvelle catégorie du permis.

Les allocations chômage lors du retour en France

L’expatrié a perdu son emploi avant son retour en France

Il faudra vous procurer un document nommé “U1”.

Ce document peut être récupéré à l’institution compétente concernant l’assurance chômage dans le pays d’accueil.

Ce formulaire a pour objectif de résumer toues les périodes d’emploi qui ont été accomplies.

Il répertorie également les périodes d’assurance. Ces informations sont importantes afin de calculer vos droits au chômage.

C’est grâce à ce document que Pôle Emploi peut savoir quelle sera la durée d’affiliation de vos droits au chômage en tant qu’expatrié.

L’expatrié est toujours indemnisé dans le pays d’accueil, mais revient en France

Si vous êtes dans ce cas, il faudra également que vous vous procuriez le document “U2”. C’est à l’organisme qui verse les allocations chômage dans le pays d’accueil qu’il faut demander ce document.

Grâce à ce document, les informations concernant la durée du maintien de vos droits aux prestations du chômage pourront être transmises à Pôle Emploi.

Lors de votre retour en France, une inscription à Pôle Emploi devra être faite. Cette inscription devra être faite dans les 7 jours suivants la date de fin d’inscription dans l’État où vous viviez.

Le document “U2” est ensuite remis à Pôle Emploi.

Le versement des allocations chômage se fait toujours par l’organisme qui paie celles-ci à l’étranger. Mais concernant la recherche d’emploi, c’est désormais Pôle Emploi qui s’en occupe.

Les services de douane

Tout d’abord, il faut s’assurer qu’aucune marchandise interdite ne sera transportée.

Vous devrez préparer un quitus fiscal, car il pourra vous être demandé en tant qu’expatrié.

Tout transfert d’argent égal ou supérieur à 10.000€ devra également être déclaré à la douane.

Un inventaire devra être fait concernant les biens qui seront envoyés en France. Cet inventaire devra être remis au déménageur ou transitaire choisi par l’expatrié.

Enfin, une attestation de changement de résidence vous sera demandée. Cette demande se fait auprès du consulat afin de faciliter les démarches douanières lors du retour en France.

Les aides aux expatriés qui vivent dans un pays hors de l’Espace Economique Européen

Partir vivre dans un pays hors de l’Europe

Le passeport

Vous devez présenter un passeport en cours de validité.

Une durée minimum de validité après la date d’entrée dans le pays est parfois exigée.

Le visa

Dans la plupart des pays situés hors de l’EEE, un visa vous sera exigé à l’entrée. Vous pouvez consulter les dossiers pays de l’expatriation pour vérifier les conditions d’entrée.

Le visa est adapté à votre situation : études, travail, résidence…

Vous devez demander le visa auprès du consulat en France du pays étranger dans lequel vous vous rendez.

Le coût et le délai de délivrance des visas sont variables selon les pays où vous êtes expatriés.

Vous aurez à produire des documents à l’appui de votre demande :

  • photo d’identité,
  • passeport,
  • extrait de casier judiciaire,
  • relevé bancaire,
  • billet de transport aller et retour,
  • adresse de résidence dans le pays où vous vous rendez,

Certains pays exigent une durée de validité minimum du passeport.

Le permis de conduire

Si vous avez obtenu votre permis de conduire en échange de votre permis français, il faudra alors faire une demande de rétablissement des droits de conduire.

Cette demande est obligatoire pour pouvoir continuer de conduire après  d’1 an après l’acquisition du droit de résidence en France.

En revanche, si votre permis a été obtenu dans le pays où vous étiez expatrié, il faudra l’échanger contre un permis de conduire français afin de pouvoir conduire.

Les allocations chômage lors du retour en France

Lors du retour en France, il est alors impératif de s’inscrire à Pôle Emploi dans les 12 mois qui suivent la perte d’emploi.

Concernant la durée des allocations, Pôle Emploi prendra en compte deux éléments :

  • la durée de l’affiliation
  • l’âge au moment de la rupture du contrat de travail

Pour le montant, Pôle Emploi prendra en compte tous les salaires que vous aurez perçus pendant l’expatriation.

Si vousn nétiez pas inscrit au Pôle Emploi Services dans le pays d’accueil, vous n’aurez pas le droit aux allocations de chômage lors de votre retour en France.

Pour savoir si vous avez le droit au chômage, MesAllocs vous propose une simulation gratuite :

Simulez toutes vos Aides en 2 min.
Simulation gratuite

Les services de douane

L’expatrié doit vérifier si il bénéficie bien de la franchise douanière pour le transfert de ses biens.

Les allocations communes à tous les pays

Les allocations pour les personnes handicapées

Tous les expatriés français handicapés établis hors de France peuvent bénéficier de cette aide financière.

Afin d’y être éligible, vous devez présenter un taux de handicap supérieur ou égal à 80 % sur la carte française d’invalidité. Cela est valable partout dans le monde.

Pour les jeunes de 16 à 25 ans par contre, ils n’y ont droit qu’à partir de 50 % d’incapacité. Cela doit être certifiée par la Commission départementale d’éducation spéciale (CDES).


Notre équipe rédactionnelle est constamment à la recherche des dernieres actualités, mises à jours et réformes au sujet des aides financières en France.
Voir notre ligne éditoriale ici.

Autres questions fréquentes
Flavien Fritz
Flavien est rédacteur au sein de l'équipe Mes Allocs, spécialisé en droit privé. Diplômé de l'Institut Catholique de Vendée, il rejoint Mes Allocs après une première expérience entrepreneuriale.


Posez votre question à un expert


Consultez nos autres guides récents
Financement de formation de la mission locale
aide formation
Tout savoir sur la prise en charge d'une formation par les OPCO
aide formation
Pôle Emploi VAE : conditions, montant, démarches
aide formation
Aide au déménagement UNEO : montant, conditions, démarches
aide déménagement + organisme
aide déménagement mairie : montant, conditions, démarches
aide pour demenagement
Quelle aide pour le calcul de la pension alimentaire ?
aide alimentaire
Comment bénéficier d'une allocation veuvage invalidité ?
aides au logement
Aide pour déménager CGOS : conditions, montant, demande
aide déménagement + organisme
Aide déménagement RSA : montant, conditions et démarches
aide au déménagement + cumul

Explorez d’autres thématiques
Tout savoir sur le Contrat d'Engagement Jeune
Tout savoir sur l'aide aux familles
Aide aux familles
Congé sabbatique : définition, durée, conditions
congé sabbatique
Assurance habitation : conditions, prix, couverture
Assurance habitation
Comment obtenir une prime vélo électrique ?
prime velo electrique
Découvrez quelles sont vos aides pour demenagement !
aide pour demenagement
Ne passer plus à côté de vos aides. Simuler mes aides